mercredi 5 février 2014

Vu au 33è Festival International Du Film D'Amiens : Diamants sur canapé (copie 4K)

Diamants sur canapé présente la rencontre entre Holly Golightly, jeune femme sophistiquée à la recherche d'un riche époux et son nouveau voisin, Paul Varjak, écrivain dont l'inspiration s'est tarie depuis longtemps. Comme deux êtres perdus, ils se trouvent mutuellement un rôle de soutien complice tout en arpentant les rues de New-York de façon espiègle. Un lien fort se tisse entre eux, de la camaraderie à l'amour.

Considéré par beaucoup comme un film majeur posant les bases du genre même de la comédie romantique, Diamants sur canapé est effectivement une leçon de mise en scène au service de l'émotion. L'utilisation de la musique en particulier, avec ses violons aux trémolos omniprésents, renforce un sentiment chaleureux qui berce le spectateur au gré des séquences. La chanson « Moon River » interprétée par Audrey Hepburn est un grand moment qui m'a touché. Paul Varjak, de sa fenêtre du dessus, admire sa nouvelle amie donnant de la voix dans une position de spectateur, renforçant notre propre empathie à son égard. De nombreuses séquences étonnent aussi par l'humour loufoque et la liberté de ton employée, à l'image d'une séquence de strip-tease ou encore de ces réunions mondaines, occasions pour Blake Edwards de mettre en scène un humour qui m'a rappelé celui de Lubitsch. Un âge d'or dans la filiation de l'humour typiquement Hollywoodien, présenté en copie 4K. Diamants sur canapé offre une vision emblématique du New-York de 1961, et cette restauration impressionne, soulignant les qualités visuelles du cinéma de studio et d'une époque haute en couleurs. N'ayant jamais vu ce film auparavant, je suis heureux de l'avoir découvert pour ma première fois dans une telle qualité, qui a renforcé mon immersion de spectateur.

Aucun commentaire: